De beaux chiens, mais en forme et en bonne santé ?

Les chiens de race dans une impasse, ou : à quoi éleveurs et responsables d'élevages doivent réfléchir.

Dr Irène Stur

Résumé de l'exposé présenté à la rencontre VDH des éleveurs, contrôleurs d'élevage et responsables de registres d'élevage le 29 octobre 1994

Traduction et adaptation française: J. Bettex, janvier 2004 

 

Si l'on retire le "mais" et le point d'interrogation du titre: De beaux chiens, mais en forme et en bonne santé ? la phrase qui subsiste ferait parfaitement l'affaire comme slogan publicitaire d'un élevage. Elle donnerait à l'acheteur potentiel d'un chien de race une image susceptible d'emporter sa décision. Malheureusement le "mais" et le point d'interrogation sont parfaitement légitimes. Dans l'état actuel de l'élevage des chiens de race aucun acheteur ne peut en effet obtenir la garantie que son animal sera effectivement sain et fort.

Pour l'essentiel, trois types de problèmes s'opposent à l'idéal de beauté, de santé et de forme physique que se forgent légitimement éleveurs et amateurs de chiens de race.

1. Des standards de race - et leur interprétation - poussés à l'extrême. Il en résulte que des chiens conformes en tout point à leur standard présentent des troubles de santé plus ou moins accentués et qui compromettent leur bien être.

2. La diffusion plus ou moins vaste de défauts héréditaires et de prédispositions génétiques à des maladies touchant certaines races de chiens.

3. Un niveau de consanguinité excessif dans la population des élevages canins, avant tout en raison d'un trop faible nombre de reproducteurs dans certaines races.

Abstraction faite des standards extrêmes - ce problème devrait être réglé en premier lieu entre éleveurs et amateurs par le biais de discussions critiques sur les limites du raisonnable à ne pas franchir (notamment sur les exigences esthétiques) - les deux autres problèmes ont en commun des causes et des solutions que l'on peut rarement dissocier.

Un nombre trop restreint de reproducteurs provoque obligatoirement une élévation du taux de consanguinité. Il s'en suit fatalement l'apparition d'une population homozygote (1) dont découle d'une part une baisse de la condition physique des animaux et d'autre part un accroissement de leurs défauts génétiques. Des mesures de sélection deviennent alors au moins recommandables, sinon indispensables, pour réduire ces risques mais,  réduisant encore le nombre des reproducteurs, elles provoquent une nouvelle augmentation de la consanguinité. Si, par contre le vice héréditaire n'est pas éliminé en raison d'absence ou d'insuffisance de sélection, la diffusion des gènes défectueux se poursuit. L'élevage des chiens de race finit ainsi dans un cercle vicieux qui aboutit soit à la dégénérescence de la race considérée, soit à son extinction.

Pour sortir de cette impasse, éleveurs et responsables d'élevages doivent remettre leurs pratiques en question sur plusieurs points. Cet exposé ne va pas vous fournir de formule passe-partout. Il vise au contraire à montrer les plus importantes des erreurs qui ont mené à cette impasse pour provoquer des solutions qui permettront, le cas échéant, d'en sortir.

(1) Homozygote/hétérozygote: dans une cellule ou un individu, les deux formes d'un même gène peuvent être différents (hétérozygote) ou identiques (homozygote). Les caractères héréditaires de chaque individu sont sous la dépendance de déterminants qu'on appelle les gènes. Chaque individu possède une paire de chaque gène; l'un provient de son père et l'autre de sa mère. Un gène peut exister en différentes versions. Si les deux exemplaires d'un individu sont identiques, autrement dit si la version reçue du père est la même que celle reçue de la mère, on dit que l'individu est homozygote pour ce gène. Si les deux versions sont différentes, on dit que l'individu est hétérozygote pour ce gène. Le caractère final d'un individu hétérozygote dépend de quelle version est dominante et quelle version est récessive ( loi de Mendel)- Le dictionnaire des sciences - Hachette 1990 (NdL)

___________________________________________________

Erreur n°1: Les schismes dans les clubs de race, en raison des mauvaises relations ou d'incompréhension entre membres.

Dans ce contexte, des cheptels d'élevages déjà restreints se trouvent divisés en deux (ou davantage) sous-populations. La solution est théoriquement simple: amener les éleveurs à tirer à la même corde dans l'intérêt de la race de chien concernée.

Erreur n°2: L'élevage séparé de races aux phénotypes semblables, de même que l'élevage séparé de différentes variantes ou de différentes souches d'une même race.

De son point de vue et avec toute sa compréhension pour les passionnés d'une race donnée, le généticien ne peut que recommander de rassembler en une seule population des races qui ne se distinguent l'une de l'autre que par d'insignifiants critères d'aspect. Ainsi de nombreux petits élevages à faible effectif, tôt ou tard condamnés à l'extinction, peuvent reconstituer ensemble une population suffisamment nombreuse pour revenir à un travail d'élevage sensé. Cette recommandation concerne par analogie les élevages spécialisés de chiens de couleurs différentes tel qu'il en existe dans plusieurs races.

Plus généralement, il faut arriver à établir les critères limitatifs des races avec suffisamment de largeur d'esprit en vue d'obtenir une plus grande variance génétique.

Erreur n°3: L'élevage de mâles champions.

Mathématiquement la population effective et, par conséquent, le taux de consanguinité par génération se calcule en fonction du nombre de reproducteurs mâles et femelles utilisés. Ainsi augmenter le nombre de femelles saillies par seulement quelques champions mène à réduire la population effective de l'élevage et accroît fortement son taux de consanguinité.

L'intensification de la sélection obtenue en limitant le nombre de mâles d'élite admis à la reproduction se paie par l'augmentation du niveau de consanguinité par génération. Cette augmentation exagérée constitue dans tous les cas le pendant prévisible à l'utilisation déterministe de certains étalons. Lorsque, comme cela se pratique fréquemment, des mâles particulièrement beaux sont utilisés plus souvent que les autres, il suffit qu'augmente la part de la population engendrée par ces quelques géniteurs pour que la consanguinité progresse dans la même mesure.

Erreur n°4: Sélection sur la base d'exigences minimales.

En général les chiens d'élevage sont sélectionnés de telle manière que les sujets affectés d'un défaut défini comme excluant,  sont éliminés sans égard à leurs qualités propres. Ces "défauts excluants" ne portent le plus souvent que sur des critères esthétiques tels que, par exemple, la couleur (taches blanches….) ou la texture du poil, ou sur des points ne relevant pas ou peu de la santé de l'animal (queue mal formée ou prémolaires manquantes)

Dans ces conditions, la population de l'élevage va forcément perdre une série de gènes positifs. Des chiens sont éliminés sur des critères avant tout esthétiques alors qu'ils sont par ailleurs exempts de tares génétiques telle que,  par exemple, la dysplasie de la hanche. Pourtant ces sujets sont par essence en bonne condition physique et présentent des caractéristiques positives qu'il serait important de valoriser.

Pour les races qui sont particulièrement sujettes à la dysplasie de la hanche, il est injustifiable au plan génétique d'éliminer un individu exempt de cette tare simplement parce qu'il présente une tache blanche "interdite".

La problématique de l'élevage appliquant des standards de race extrémistes doit donc également être abordée sous cet angle là. Non seulement parce que ces races sont, dans la plupart des cas, porteuses de problèmes de santé, mais surtout, parce qu'une sélection intensive basée sur des exigences de type ou de beauté conduit inévitablement à l'appauvrissement de la variance génétique de sa population, avec toutes les conséquences négatives que cela implique.

Erreur n°5: Accouplements élitistes.

Le choix des mâles et des femelles à accoupler se fait couramment dans l'idée qu'un beau chien plus une belle chienne font de beaux chiots. Les meilleurs étalons, étant systématiquement réservés aux meilleures chiennes, il ne reste alors plus que de "mauvaises" chiennes à accoupler à de "mauvais" mâles. Par conséquents les mâles d'élite sont de facto utilisés au-delà des limites du raisonnable, ce qui mène une fois de plus à réduire la population de l'élevage

 

LE SLOUGHI EN EUROPE

© Copyright 2006 - 2013
texts and images
 www.sloughi-europe.net

THE SLOUGHI IN EUROPE